AFRIQUE2050 : GABON #LE_PARFAIT_GABONAIS

30 novembre 2020 à 00h29 - 432 vues
Par un Un panafricaniste
#Lu sur un mur ce matin
Le Parfait Gabonais (PG) ne lira pas jusqu’au bout ce message car paresseux, il le trouvera trop long ! Le PG, s’il lit jusqu’au bout ce message, ne le partagera pas car négligent tout, il le mettra de côté ! Heu, par où commencer ?
Eh bien par le commencement.
Nous Autres étrangers sommes de vrais conquérants sans armes. En effet, démunis chez nous, nous arrivons par tous les moyens chez vous au Gabon et nous réussissons sans grande peine car tout est si facile chez vous au Gabon. La toute première chose est de nous souder les coudes entre étrangers en divisant les Gabonais. Rappelez-vous le dicton qui dit : « Pour mieux régner, il faut diviser » Et les divisions sont très faciles à organiser entre Gabonais : jaloux, le parfait Gabonais préfère voir un étranger prospérer au Gabon qu’un Gabonais.
Fainéant, il attend tout des autres et jamais rien de lui-même. Parvenu à la fin de ses études et ayant déposé ses dossiers ici et là, il patiente en dormant en attendant qu’un Ministère l’appelle. Il n’est pas battant. C’est la raison pour laquelle nous autres étrangers sommes bien logés et avons même les terrains sur le sol gabonais ; le PG préfère vendre les terrains à nous étrangers et les prive aux Gabonais. D’ailleurs, nous autres étrangers nous construisons beaucoup et les Gabonais louent chez nous alors qu’ils sont chez eux au Gabon.
Voyez vos Gouvernements ne construisent rien du tout. Ce sont nos amis syro-libanais et maliens qui ont investi les abords des routes et leurs constructions dans tous les quartiers de Libreville poussent comme des champions et les administrations gabonaises sans scrupule vont en location dans ces bâtisses. C’est tout à fait normal pour le parfait Gabonais : il n’a pas le temps de se poser des questions essentielles. Où sont les propriétaires gabonais qui occupaient les abords des routes ? Aucune idée ! Une chose est sûre : ce sont les boutiques et les magasins de nous autres étrangers qui les occupent.
Et vous autres Gabonais, vous habitez loin, très loin de la route dans les lieux difficiles d’accès et quand vos femmes sont enceintes, vous les transportez dans les brouettes pendant de longues minutes pour parvenir à la grand-route et les emmener dans les hôpitaux ou plutôt les mouroirs. Pour terminer ce point, vos Gouvernements ne maîtrisent rien sur le plan des locations : nous fixons des prix selon nos humeurs car l’Etat se ferme les yeux à la gestion de nos maisons mises en location alors que nous sommes prêts à payer des taxes comme cela se fait chez nous pour ne plus trop vous piller le pays. C’est le principe de l’honnêteté.
Le parfait Gabonais est sans repères. En effet, il ne croit en rien surtout pas en lui-même. Au rang des croyances, il nie sa culture, sa religion traditionnelle au profit de celles qui viennent de chez nous. Dans ce sens, le Bwiti et les autres religions traditionnelles gabonaises sont reléguées au second plan tout en mettant en avant le voudou, le maraboutage, la franc-maçonnerie, la rose croix… Or, l’Iboga, bois sacré, est une véritable arme qui pourrait détruire tout ce que nous apportons comme illusion au PG.
Vous comprenez pourquoi, sur le plan religieux, le parfait Gabonais est superstitieux et s’alarme pour un rien : il est en quête de mariage, d’enfants, de richesse, de travail, pouvoir, de réussite à tout prix ; alors que là n’est pas le véritable problème dans la mesure où, s’il résout un problème – celui de la politique et du politique – il va résoudre tous les autres problèmes. D’où la prolifération des « églisettes » de réveil entrainant des pires scandales que Dieu châtierait en cas de concentration du parfait Gabonais dans la vraie prière.
Regardez encore le vendredi comment nous, Ouestafs-musulmans prenons d’assaut les rues créant des embouteillages, des bouchons monstres sans que cela n’interroge les administratifs encore moins le Gouvernement acquis à la loi musulmane. Je passerais sous silence ici, la poussée sauvage des mosquées dans les quartiers de Libreville et des grandes villes du Gabon où très peu des Gabonais sont musulmans alors que ces mosquées toujours grandes sont pleines à craquer montrant le pouvoir de nous autres étrangers sur le sol gabonais. Vous ne vous étonnez pas que nous vous ayons pris en otage : tous les vendredis à nos heures de prière, vous êtes privés de nos boutiques et vous nous attendez en masse devant ces dernières jusqu’à la fin de la prière pour nous donner votre argent avec les achats superflus : jus de fruit, cartes de recharge, demi-kilos de riz… Vous êtes incapables de gérer vous-même les boutiques et même quand un Gabonais a une boutique, vous préférez bêtement venir acheter chez l’un de nous.
Oui, vous n’êtes qu’un peuple de jaloux entre vous-mêmes : vous vous battez entre vous comme dans « La planète des Singes » au lieu de vous souder et de combattre votre ennemi commun qui est le système politique mis en place depuis les années 60. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous autres étrangers prospérons chez vous : vous êtes prompts à la distraction. Mais vous n’êtes pas condamnés à la jalousie alors réveillez-vous dès lecture de ce message qui est panafricaniste : moi en tant qu’africain, je vois l’intérêt de chaque pays africain de bien évoluer en apportant aux autres ses propositions. C’est le principe de la justice.
Le parfait grand gabonais ne se contente que du strict minimum. Quand il revendique une chose et qu’il est satisfait à moitié, c’est bon pour lui. Il vit au jour le jour, il jouit ici et maintenant et c’est tout. Rappelez-vous de la grande grève des Travailleurs Gabonais l’an dernier, qu’est-ce qu’elle a donné ? Rien du tout ! Les policiers les ont dispersés à coup de matraques et de grenades lacrymogènes et tout était réglé. Tout le monde avait repris le travail sous la menace de suspension de salaire orienté en bon de caisse.
Pauvre PG !
Ce qui scandalise le parfait Gabonais, c’est la personne scandalisée face à un scandale. Autrement dit, rien ne scandalise le parfait Gabonais quand le scandale ne le concerne pas. Il préfère vivre caché par peur d’être dérangé dans son strict minimum. Sur les questions politiques par exemple, il dira : « ce n’est pas mon problème. » Le PG a la mémoire courte tel un chien errant qui revient quémander un os dans une maison après l’avoir battu. Le PG démissionne face à ses responsabilités : homme, il ne s’occupe pas de sa famille, de ses enfants, court toujours dans les débits de boissons boire le vin de palme, le vin de canne à sucre, la régab… ; femme, elle avorte à tout bout de champ ou bien, elle est mère célibataire, elle passe son temps à mal éduquer ses enfants. On parlerait aisément de la femme monoparentale chez le parfait Gabonais et c’est cela la norme chez lui. Mais comment un pays normal peut-il se développer avec ses approximations sociétales dépourvues de règles morales les plus élémentaires ? Seule la cellule familiale peut construire et construit un pays normal. Prenez pour modèle nos pays Ouestafricains où à 18-25ans, le Jeune est déjà marié, c’est-à-dire responsable d’une cellule familiale et donc d’une partie de la société !
Le parfait Gabonais se développe dans le sous-développement et se tire toujours volontairement vers le bas dans les méandres du pessimisme. Même les noms de ses quartiers à Libreville tendent à le rabaisser à défaut de l’identifier à l’un de nous étrangers. Je ne vous citerais pas les noms des quartiers suivants : « derrière la prison, derrière l’Assemblée nationale, derrière le camp de Gaulle, fin goudron, carrefour poubelle, à la poubelle, bar Guinness », le PG est toujours DERRIERE ou à la POUBELLE, pour nos noms : « carrefour Kanté, carrefour Hassan, carrefour Moussa, quartier Dakar… » C’est vrai que vous me parlerez du carrefour Boulingui ou de Cité Mébiame, cela ne représente pas grand-chose si nous nous étendons jusqu’à l’intérieur du pays (le Gabon bien sûr). En fait, le pessimisme baigne l’imaginaire du parfait Gabonais qu’il ne s’en rend pas compte avec sa plus célèbre expression défaitiste qui dit : « On va encore faire comment ? »
Sur le plan politique, le PG n’a aucune idéologie ;
Le seul point sur lequel il excelle c'est le sexe , il est quasiment impossible de trouver une gabonaise de 14 ans qui soit encore vierge . Vos femmes sont infidèles, cupides et colporteuses. Avant 18 ans elle aura au moins provoque un avortement. Ce qui n'est pas le cas chez nous car la tradition reste et demeure un puissant ciment social. Le PG ne croit en rien , ni en Dieu, malgré sa propension a fréquenter les églises que nous créons chez vous, dans lesquelles nous nous defoulons sur vos femmes et vos filles avec la complicité tacite de vos gouvernements.
Quel peuple de ...moutons

Soyez en avance sur l'été 2021 Soyez en avance sur l'été 2021 CYBERMONDAY2020

Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, est si précieuse pour notre avenir. Soutenez-nous dès aujourd'hui. Soutenez le journalisme indépendant.

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article