CULTURE : Des romans à Netflix, Arsène Lupin rafle la mise

27 janvier 2021 à 18h48 - 239 vues

Omar Sy en Assane/Arsène, redresseur de torts 100 % « lupinesque », dans la nouvelle série de Netflix « Lupin, dans l’ombre d’Arsène ». • EMMANUEL GUIMIER/NETFLIX

Par RadioTamTam

La série « Lupin, dans l’ombre d’Arsène » fait un carton sur Netflix et redynamise la vente des livres de son créateur, Maurice Leblanc. Pourquoi le dandy désinvolte et gouailleur à la fibre sociale fascine-t-il toujours autant ?

Arsène Lupin, « Robin des Bois de la Belle Époque », comme le surnommait Pierre Lazareff, auteur en 1963 d’une préface à l’édition de poche d’Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, « ne vieillira jamais en dépit de son chapeau haut de forme, de sa cape et de son monocle ».

Un siècle après la première parution des aventures du Sherlock Holmes français dans le mensuel Je sais tout, après 26 adaptations cinématographiques, la série de Netflix, Lupin, dans l’ombre d’Arsène, porte de nouveau à l’écran les aventures du célèbre cambrioleur.

Les scénaristes proposent cette fois-ci une version revisitée, avec Omar Sy dans le rôle principal : Assane Diop, un Français d’origine sénégalaise cherchant à venger la mort de son père, Babakar. Fasciné par le héros de Maurice Leblanc, le jeune homme agit selon des principes « lupinesques » : le déguisement, l’illusion, le goût pour l’aventure, le panache… et une conception très personnelle de la justice.

Comme Lupin, il commet une quantité impressionnante de forfaits, il est condamné (parfois), s’évade, récidive… Son but : redistribuer les richesses, réparer les inégalités sociales et se jouer des puissants. Au-delà de quelques ingrédients forts – Omar Sy, Netflix en temps de pandémie, un scénario grand public –, c’est aussi l’éternel attrait pour les justiciers anarchistes au grand cœur qui explique le succès de la série.

Moral sans être légal

Pourtant, c’est un comble : considéré comme un « gentleman », Arsène Lupin vole effrontément musées, banques et demeures bourgeoises ; il ridiculise la police, se moque de l’honorabilité et du sérieux… Mais l’un ne s’oppose pas à l’autre, selon Pierre-Antoine Dumarquez, président d’honneur de l’Association des amis d’Arsène Lupin (AAAL).

« Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Arsène Lupin est un personnage très moral. Il met sa vie en danger pour secourir des victimes, sauver l’honneur des pauvres femmes. Il vole pour rétablir un ordre rompu par la malhonnêteté initiale des “riches” », souligne le spécialiste, qui va même jusqu’à qualifier d'« honnête homme » le cambrioleur au monocle. « Lupin n’aime pas la fripouille. Il ne trahit jamais, il connaît ses devoirs, il respecte son code de l’honneur. »

Reprenant la thèse développée par le philosophe André Comte Sponville dans Arsène Lupin, gentilhomme-philosopheur (écrit avec François George, Éditions du félin, 1996, épuisé), le président de l’AAAL rappelle tout de même la spécialité lupinesque : « Faire cohabiter cette morale avec l’illégalité la plus manifeste. » Car contrairement à la multitude, Lupin est moral sans être légal. C’est cette ambivalence qui séduit tant. Quand les institutions ne sont pas assez efficaces et rapides, il rend justice lui-même.

Une quête de justice sociale

Et si la série de Netflix marche si bien, c’est peut-être aussi parce que cette tentation est au cœur de nos problématiques sociales actuelles. « C’est son côté redresseur de torts, directement inspiré du comte de Monte Cristo. Sauf que Lupin est plus solaire », souligne Cédric Hannedouche, docteur en littérature française et professeur agrégé de lettres modernes, spécialiste des cultures populaires et de l’œuvre de Maurice Leblanc.

Ce goût pour l’humour, la fantaisie, la bonne humeur, pour le bon mot à la française, le rend d’ailleurs éminemment sympathique. « La justice lupinesque ne va pas sans un certain art de vivre », précise de son côté Pierre-Antoine Dumarquez. « Lupin vole par sport, par amusement, parce que l’honnêteté l’ennuie. » Une conception gratuite du geste, signature d’un vrai gentleman.

L’attrait pour Lupin s’explique aussi, en particulier en France, par son penchant libertaire et réfractaire à l’autorité. Le premier volume de Maurice Leblanc paraît d’ailleurs après une violente vague anarchiste entre 1890 et 1900. S’il a inspiré son auteur, cet esprit frondeur prend en réalité une tournure très morale chez Lupin. « Le gentleman cambrioleur ne fait pas couler de sang. Il est pour le maintien des institutions et des classes. Au fond, son anarchie est plus une quête de justice sociale, pour compenser les souffrances d’une enfance écartelée entre un père roturier devenu escroc, et une mère aristocrate déchue », indique Cédric Hannedouche.

« Homme kaléidoscope »

L’identification à cet individu, apparemment faible, qui prend le dessus sur les puissants est une des clés du succès de l’œuvre et explique aussi celui de la série, qui réactualise cette dimension. « Arsène Lupin, c’est l’homme kaléidoscope. Chacun retrouve chez lui l’expression d’une forme de contestation individuelle. Ce constat, qui valait dans les années 1920, perdure de nos jours », précise encore le professeur de lettres. À la Belle Époque, la « régulation » sociale a pour cible l’aristocratie. De nos jours, elle vise les capitaines d’industrie, les dirigeants, financiers et autres Pellegrini (l’homme d’affaires crapuleux de la série).

Sorte de Robin des Bois des temps modernes, Assane (Omar Sy) défie sans violence les institutions et vole des plus voleurs que lui.

• EMMANUEL GUIMIER/NETFLIX

« Les lecteurs et téléspectateurs sont fascinés par cette capacité astucieuse, élégante, à défier sans violence les institutions », indique de son côté Alain Goldschläger. Ce professeur émérite à l’Institut de recherche sur la littérature de l’Holocauste est contributeur d’un récent colloque sur la justice distributive et le mythe du brigand d’honneur.

« Aujourd’hui, la probité et la demande du respect des lois semblent réservées à la classe moyenne et aux “pauvres” alors que les “riches” peuvent se barricader derrière des avocats et des comptables plus ou moins frauduleux… Face à cela, le vol du collier de la Reine par Assane/Arsène – qui en a payé le prix fort lorsqu’il était enfant par la perte de son père – semble dérisoire. Qui est le vrai voleur, le vrai criminel ? Comment ne pas partager cette brillante revanche ? », questionne le spécialiste.

Car Lupin vole toujours des criminels plus criminels que lui. Dans le roman 813, il a d’ailleurs cette réflexion très proudhonienne face à un banquier : « Moi, je vole en appartement ; toi, tu voles en bourse. Tout ça, c’est kif-kif. »

Un feuilleton écrit comme une série

Pour Jacques Derouard, professeur de lettres et auteur de plusieurs biographies de Maurice Leblanc, le succès tient aussi à ce que les aventures de Lupin ont été écrites… comme une série. « À partir de 1911, lorsque Leblanc fait paraître les aventures de son héros sous forme de feuilleton, il doit trouver une astuce pour susciter l’envie à chaque bas de page. » De quoi faciliter la tâche des futurs scénaristes de séries, jusqu’à l’adaptation actuelle, qui malgré les libertés qu’elle a prises avec le matériau d’origine, a principalement construit son scénario autour des recettes narratives de Leblanc.

Et ça marche, en 2021 comme en 1905 ! « Cette série pâtit d’une présentation un peu caricaturale de la réalité, mais elle a le mérite d’intéresser les jeunes générations à l’œuvre de Maurice Leblanc, actuellement dans le Top 10 des ventes littéraires sur Amazon », conclut Pierre-Antoine Dumarquez. Selon les projections de Netflix, d’ici au 5 février – soit 28 jours après sa sortie –, la série aura atteint 70 millions de téléspectateurs. Un chiffre colossal, qui l’érige au rang de plus gros succès non anglophone de la plateforme, devant la récente minisérie de Scott Frank, le Jeu de la dame, visionnée 62 millions de fois. Le gentleman cambrioleur a encore frappé.

40% de réduction sur votre maquillage préféré 40% de réduction sur votre maquillage préféré Ventes aux enchères Ventes aux enchères Faites un don aujourd’hui pour soutenir le journalisme indépendant. RadioTamTam est une station de radio de musique, Country, Française et du monde en ligne et s’appuie sur les dons des communautés du monde entier pour pouvoir maintenir l’excellente de la musique country, Rap et du monde que vous écoutez également. Votre soutien et vos contributions nous permettrons d’atteindre nos objectifs et d’améliorer les conditions de travail. Votre généreux don financera notre mission. Veuillez faire un don maintenant.

Vous pouvez nous apporter votre soutien sur HelloAsso

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article