AFRIQUE2050 : La main-d'œuvre dans les plus grandes industries du cacao d'Afrique est encore des enfants

24 octobre 2020 à 18h28 - 183 vues

Par RadioTamTam

Près de 20 ans après que les principaux fabricants de chocolat du monde se sont engagés à abolir les abus en matière d'emploi, le travail dangereux des enfants reste répandu dans leurs chaînes d'approvisionnement, selon une nouvelle étude. Une recherche de l'Université de Chicago révèle que plus des deux cinquièmes (43%) de tous les enfants âgés de 5 à 17 ans dans les régions productrices de cacao du Ghana et de Côte d'Ivoire - les plus grands producteurs de cacao du monde - sont engagés dans des travaux dangereux.

Au total, environ 1,5 million d'enfants travaillent dans la production de cacao dans le monde, dont la moitié se trouvent dans ces deux pays d'Afrique de l'Ouest seulement. Les travaux dangereux comprennent l'utilisation d'outils tranchants, le travail de nuit et l'exposition à des produits agrochimiques, entre autres activités nocives. Le rapport, commandé par le département américain du Travail, note que la proportion globale d'enfants qui travaillent a augmenté de 14 points de pourcentage au cours de la dernière décennie. L'augmentation s'accompagne d'une augmentation de 62% de la production sur la même période. Les résultats soulèvent des questions difficiles pour l'industrie en particulier. En 2001, de grandes marques telles que Nestlé, Mars et Hershey ont signé un accord intersectoriel visant à éliminer le travail des enfants. Malgré les délais manqués pour tenir leur engagement en 2005, 2008 et 2010, ils continuent d'insister sur le fait que mettre fin à la pratique illégale reste leur principale préoccupation. Selon une nouvelle étude .

SOURCE: LE GARDIEN

 Automne hiver Automne hiver Automne hiver

Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, est si précieuse pour notre avenir. Soutenez-nous dès aujourd'hui. Soutenez le journalisme indépendant.

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article