AFRIQUE2050 CINEMA : À l’intérieur de l’esprit ingénieux de « JIVA! » Plomb Noxolo Dlamini

11 juillet 2021 à 18h07 - 1025 vues

Par Félicité VINCENT

Nous espérons certainement que le rôle de Noxolo Dlamini dans JIVA! de Netflix propulsera sa carrière de divertissement à des sommets fous.  Ainsi  nous asseyons et regardons ensemble !


Après la première journée, la série de danse de rue sud-africaine JIVA! de Netflixs’est frayé un chemin jusqu’au sommet en tant qu’émission la plus regardée du pays, se prélassant dans son glamour international. Le pivot du succès de la série est son casting énergique, le plus visiblement ressenti par l’actrice et danseuse sud-africaine prometteuse Noxolo Dlamini dans une représentation fougueuse et go-for-broke du personnage principal Ntombi. Tout en faisant face aux luttes quotidiennes d’un rêve réprimé et en s’aant à occuper de sa famille, Ntombi participe à un concours de danse qui injecte une excitation bien nécessaire dans sa vie.

JIVA! est une énorme percée télévisuelle pour Noxolo, 27 ans, qui nourrit un amour pour le jeu d’acteur, le chant et la danse depuis l’enfance. Sa scolarité a jeté les bases de ses passions. Elle a rejoint le club de danse et d’art dramatique de l’École nationale des arts dramatiques,à Johannesburg, où sa première leçon de danse a été l’apprentissage du flamenco espagnol. Mais son cœur, se souvient-elle, était vraiment au théâtre.

Elle quittera plus tard l’école en raison de sa nature compétitive, s’inscrivant à la Dominican Convent School,également à Johannesburg, où elle a continué avec le théâtre et a pris des cours de ballet pour la première fois, en plus d’imiter ce qu’elle a vu. C’est dans cette école qu’elle s’est épanouillée parce que, ici, personne n’était en concurrence avec qui que ce soit. À l’Université de Pretoria,elle a gravité vers le théâtre et a obtenu un baccalauréat en arts dramatiques. C’est aussi pendant ses journées universitaires qu’elle s’est retrouvée à profiter de productions plus physiques simplement parce qu’elles exploitaient tous ses talents.

Nous avons rencontré la star de JIVA! à propos de l’attribution du rôle principal, du tournage de la série pendant une pandémie et de ce que l’avenir lui réserve.

Parlez-nous de votre carrière et de votre parcours personnel.

Je suis né et j’ai grandi à Johannesburg. J’ai grandi à Soweto et j’ai adoré jouer aussi longtemps que je me souvienne. Avant de me rendre compte que je divertis les gens, je me divertis moi-même. J’ai adoré chanter et danser devant le miroir (je le fais encore un peu à ce jour)!

Juste avant d’obtenir mon diplôme de l’Université de Pretoria, on m’a proposé un emploi chez The Lion King Musical West End à Londres et j’ai rejoint l’entreprise en 2015. Un an plus tard, je suis revenu en Afrique du Sud et j’ai décrocher le rôle de Sarafina dans le Sarafina Musical,au South African State Theatre à Pretoria. Plus tard cette année-là, j’ai auditionné pour T he Lion KingMusical une fois de plus - pour la tournée internationale cette fois-ci. J’ai décrocher le rôle de Nala, qui avait toujours été un de mes rêves. Quand j’ai fini de tourner, j’ai continué mon travail théâtral à mon retour. J’ai joué Nina Simone: Four Women au Market Theatre pour le Mois de l’histoire des Noirs et quelques mois plus tard, je suis revenue au rôle de Sarafina à la mi-2019 au Joburg Theatre.

En octobre 2019, j’ai décrocher mon premier rôle à la télévision dans une telenovela sud-africaine populaire Isibaya. Quelques mois après le entrée en fonctions, j’ai auditionné pour JIVA! et nous y sommes aujourd’hui.

Comment votre parcours dans le métier d’acteur et de danseur a-t-il commencé et quelles leçons avez-vous apprises dans ce parcours ?

Mon parcours avec le jeu d’acteur et la danse a commencé à un très jeune âge. Je mentirait si je vous disais quand exactement. Ma professeure d’art dramatique, Mme Gail Martell, m’a énormément soutenue. Elle m’a pris sous son aile et m’a guidé jusqu’à ce que je quitte l’école primaire. J’ai une longue expérience théâtrale et elle m’a appris la discipline — pour mon travail et pour moi-même.

Je respecte l’art; en ce que je connais et comprends le travail qui va dans la création du produit final. Le vrai travail est dans les répétitions et la préparation, et je le porte même à la télévision et au cinéma maintenant. J’ai également appris qu’il ne suffit pas d’être capable d’agir, mais l’acquisition de nombreuses autres compétences vous distingue des autres. Il vous apprend également à rester prêt.

« J’ai aussi appris qu’il ne suffit pas d’être capable d’agir, mais l’acquisition de nombreuses autres compétences vous distingue des autres. Cela vous apprend également à rester prêt.»

Comment avez-vous appris que vous alliez jouer le personnage principal Ntombi ?

Je ne me souviens pas que le processus ait été long. J’avais d’abord auditionné pour deux autres rôles et non pour Ntombi. J’ai reçu un rappel pour Zinhle et je pense que tout a changé là-bas. Quelques jours après mon rappel, j’ai reçu un appel de mon agent me disant qu’ils voulaient me voir pour Ntombi. Tout cela était très inattendu. Je n’étais pas en ville à ce moment-là, alors on m’a demandé d’envoyer une auto-cassette. Je suppose qu’ils ont vraiment aimé parce que quelques jours plus tard, j’ai reçu un appel de mon agent me disant qu’ils aimeraient m’offrir le rôle.

Ntombi était un personnage imparfait naviguant dans les angoisses de l’argent et voulant poursuivre son rêve dans la danse. Avec laquelle de ses qualités vous êtes-vous le plus connecté ?

Le fait qu’elle soit si loyale est admirable, mais je pense que ce que j’aime le plus, c’est le processus dans lequel elle se trouve. Elle essaie de se retrouver, tout en se battant pour son rêve. Je me connecte avec son amour pour la famille et la danse.

Diriez-vous que jouer Ntombi a enrichi votre expérience d’acteur?

Je crois que chaque personnage et chaque expérience m’étirent et font de moi un meilleur acteur - et parfois même une meilleure personne. Jouer à Ntombi m’a vraiment appris à prendre mes projecteurs, sans complexe. Elle se bat pour obtenir son moment sous cet angle, et elle mérite toutes les grandes choses sur lesquelles elle se met à l’esprit.

Une énorme production télévisuelle comme JIVA! doit avoir présenté des défis de production, surtout en cette période implacvée de coronavirus. Quels ont été certains de ces défis et comment ont-ils été surmontés? Le plus grand défi était que nous avions tout le monde étalé et vivant dans leur propre maison. C’était risqué, en ce que nous étions toujours en contact avec d’autres personnes qui n’étaient pas dans la production. Par conséquent, nous avons tous dû être mis dans une bulle. Pendant quelques semaines, nous avons tous vécu dans le même hôtel, et personne ne pouvait entrer ou sortir de la bulle avant d’avoir fini de tourner. Nous avons également dû tester chaque semaine pour nous assurer que nous continuions tous à être en sécurité.

Sur le plateau, nous n’avions droit qu’à un certain nombre de personnes. Les scènes bondées devaient être tournées d’une manière qui faisait allusion à la foule et l’équipe de tournage a fait un excellent travail à ce sujet.

Quel a été votre moment mémorable dans les coulisses sur JIVA!?

Ce doit certainement être la famille et la confiance que nous avons créée les uns parmi les autres.

Qu’attendez-vous le plus dans votre carrière ?

Pour continuer ce voyage incroyable - travailler avec des acteurs que je rêvais de jouer aux côtés et de raconter des histoires qui sont émouvantes et divertissantes. J’aimerais aussi voir plus du monde tout en travaillant!

« Je crois que chaque personnage et chaque expérience m’étirent et font de moi un meilleur acteur - et parfois même une meilleure personne. »

Quelle est la chose la plus excitante qui se passe dans votre vie en ce moment?

Mon avenir se réunit et bien sûr JIVA! [rires].

La pandémie a eu un impact sur le bien-être de la plupart des gens d’une manière ou d’une autre. Qu’est-ce qui vous a tenu ensemble tout au long du processus ?

J’ai la chance d’avoir un excellent système de soutien, ma famille. Être à la maison avec eux me donne l’impression que tout va bien. J’aime faire de l’exercice et rester actif – cela me vide l’esprit et me rend plus léger et plus calme.

« Jouer à Ntombi m’a vraiment appris à prendre mes projecteurs, sans complexe », dit Noxolo Dlamini.Fourni

Au pied levé

En ce qui concerne votre personnalité, quelle est la seule chose sur laquelle vos amis et votre famille seraient unanimement d’accord?

Que je suis très fort et que j’aime chanter, mais que j’apprécie aussi mon propre espace.

Quelle nourriture ne pourriez-vous jamais vous lasser de manger?

Pop-corn, mangue et pastèque.

Quel a été le dernier film/série africain que vous avez regardé ?

JIVA! Je sais, non?!

Si vous deviez faire visiter l’Afrique du Sud à un étranger, par où commenceriez-vous?

KwaZulu-Natal à coup sûr!

Dans la plupart des adjectifs, qu’est-ce que l’Afrique pour vous?

L’Afrique est patrie, entière, enracinée, spirituelle, sacrée et maternelle.

Si vous deviez exercer une profession en dehors du divertissement, quelle serait-elle?

Je serais un sprinter, un joueur de football ou je choisirais de travailler avec la faune.

Tous les produits présentés dans cette histoire sont sélectionnés indépendamment par nos éditeurs. Toutefois, lorsque vous achetez quelque chose par le biais de nos liens de vente au détail, nous pouvons gagner une commission d’affiliation pour financer les charges de la station radio, vous pouvez nous soutenir en faisant vos achats.

Promo jusqu'à 20% sur une sélection de produits Fête Nationale 2021 - Réduction de 7% RC S’il vous plaît aidez-nous à rester à l’antenne RadioTamTam est une station de radio privée de musique rap, country et du monde en ligne et compte sur les dons des communautés du monde entier pour pouvoir maintenir la grande musique que vous écoutez également. Votre soutien et vos contributions nous permettront d’atteindre nos objectifs et d’améliorer les conditions. Votre généreux don financera notre mission.

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Become a Patron!

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article